Cliquer pour plus de produits.
Aucun produit n'a été trouvé.

7. Pierre Ambroise Bosse : l’improbable sacre

C’est quand même dingue l’athlétisme. Tu te dis quand même que Patrick Montel a commenté des trucs de fou. Il a suivi le retour phénoménal de Marc Raquil en 2003. Il était là pour Jason Lamy-Chapuis, pour plein d’autres courses dans plusieurs sports différents. Mais après la course de Pierre Ambroise Bosse en 2017, il déclare « je ne pensais pas vivre ça un jour ». Parce que c’est encore plus beau quand c’est inattendu.

Pierre Ambroise Bosse est né le 11 mai 1992 à Nantes. Il mesure 1 mètre 85 pour 68 kilogrammes. Comme pas mal de monde j’imagine. La différence c’est que toi, la plus belle course de ta vie, c’était pour traverser le grand boulevard de ta ville quand le feu piéton passait au rouge. Lui, le 8 août 2017, il est champion du monde du 800 mètres à Londres. Alors oui, ce n’était pas pareil parce que lui ce n’était pas un sprint et il n’avait pas la pression des 3 voitures prêtes à démarrer. En plus toi, tu n’as pas Patrick Montel qui t’encourage à rejoindre le trottoir le plus vite possible. 

Le gars a 25 ans. Il a toujours été très talentueux et très prometteur, mais jamais personne n’aurait misé un centime d’euro sur un titre dans une grande compétition. Parce que la spécialité du 800 mètres a toujours été réservée à d’autres nations. Les américains, les australiens, puis les kenyans. Jamais un français n’avait remporté l’or en championnat du monde. Alors cette histoire est folle. À 25 ans, il est poussé par Lavillenie et Mayer sur le bord de la piste dans sa dernière ligne droite, ils ne pouvaient pas s’empêcher de l’accompagner, lui qui est tant apprécié. Ça fout des frissons cette camaraderie, et ça marche, quand on connaît le résultat des deux apprentis supporters dans ces championnats. Regardez bien la fin de la course, il n’y croit pas, il se demande si c’est bien lui qui finit premier après ce coup de poker d’accélérer si loin de l’arrivée, malgré le risque de s’effondrer. Simplement, en regardant son interview d’après course avec Nelson Monfort, vous comprendrez pourquoi Pierre-Ambroise Bosse est un gars normal, comme vous et moi.

                       

Partager ce contenu

Menu